Lancement du nouveau Réseau des gardiens des Premières Nations

0
187

Les gardiens autochtones sont les « yeux et les oreilles sur le terrain » dans les territoires autochtones et ils sont un exemple unique de la réconciliation en action. Ils surveillent la santé écologique, maintiennent les sites culturels et protègent les zones et les espèces vulnérables. Les initiatives des gardiens aident les peuples autochtones à protéger les terres, les eaux et les glaces dans leurs territoires traditionnels au moyen d’initiatives d’intendance communautaires sur le terrain. Les gardiens autochtones favorisent également le bien-être social et communautaire en misant sur les liens avec la terre, la culture et la langue.

Aujourd’hui, le tout nouveau Réseau national des gardiens des Premières Nations a été annoncé conjointement par l’honorable Steven Guilbeault, ministre de l’Environnement et du Changement climatique, et Valérie Courtois, la directrice de l’Initiative de leadership autochtone.

Ce nouveau Réseau national des gardiens des Premières Nations élargira et soutiendra les différentes initiatives de gardiens des Premières Nations d’un océan à l’autre. Le réseau établira des liens entre les initiatives des gardiens des Premières Nations dans l’ensemble du pays, afin que les gardiens puissent en faire plus collectivement qu’individuellement. Ce réseau permettra l’adoption d’un modèle d’autodétermination centré sur la nation et d’un modèle de réconciliation et de partenariat de nation à nation pour assurer l’intendance responsable des terres et des océans.

Depuis 2018, plus de 170 initiatives de gardiens ont été soutenues et ont contribué à la hausse de la capacité et de l’emploi dans les communautés autochtones de tout le pays. Par exemple, l’initiative des gardiens du Ndakina, visant à soutenir les activités de conservation, de recherche, d’éducation et de sensibilisation qui font participer les membres de la communauté autochtone de Wôlinak, au Québec, afin qu’ils renouent avec leur territoire.

Dans un esprit de réconciliation, le gouvernement du Canada s’est engagé à soutenir le leadership des peuples autochtones pour contribuer à la conservation des écosystèmes, à la protection des cultures autochtones et au développement d’économies durables pour les générations futures. La lutte contre la double crise des changements climatiques et de la perte de la biodiversité exige des efforts collectifs et des changements systémiques au regard de nos interactions avec la nature. Ces changements doivent s’accomplir dans le respect de la science et des connaissances autochtones, qui sont issues des expériences des Premières Nations, des Inuits et des Métis en tant que gardiens des terres, des eaux et des glaces.

Des pays du monde entier sont réunis à Montréal, au Québec, pour la 15e Convention des Nations Unies sur la diversité biologique, la COP15, dans le cadre de laquelle le Canada continue de jouer un rôle de chef de file dans le domaine de la biodiversité et de la conservation de la nature. Avec ses partenaires internationaux, le Canada se fait le champion de l’élaboration d’un ambitieux cadre mondial sur la biodiversité pour l’après-2020, assorti de mesures et d’objectifs clairs, ainsi que du rôle important que joue le savoir autochtone dans les efforts visant à conserver et à protéger la biodiversité et les milieux naturels chez nous, et partout dans le monde.

Citations

« Le soutien, la croissance et la mise sur pied d’initiatives de gardiens autochtones au cours des dernières années ont été l’un des piliers de l’ambition du gouvernement du Canada en matière de conservation. Le nouveau Réseau des gardiens des Premières Nations accordera davantage d’autonomie aux Premières Nations pour gérer leurs terres et leurs eaux traditionnelles. Dans un esprit de réconciliation, le gouvernement du Canada s’est engagé à appuyer le leadership autochtone en matière de conservation. Les programmes tels que celui des gardiens autochtones sont essentiels pour protéger les écosystèmes, les espèces et les cultures pour les générations à venir. »
– L’honorable Steven Guilbeault, ministre de l’Environnement et du Changement climatique

« Le sommet sur la biodiversité qu’est la COP15 est le moment idéal de souligner l’investissement du Canada dans ce nouveau réseau unique au monde. Les peuples autochtones sont reconnus comme des gardiens de la biodiversité, et les gardiens autochtones sont sur le terrain pour prendre soin des terres et des eaux dont nous dépendons tous. Grâce à ces investissements, le Canada offre un modèle pour respecter et soutenir l’intendance menée par les Autochtones – un modèle que nous espérons exporter partout dans le monde. »
– Valérie Courtois, directrice, Initiative de leadership autochtone

« Le programme des gardiens occupe désormais une place centrale au sein de la Nation W8banaki. Déjà, des gains en matière d’accès au territoire et de transmission culturelle se font sentir. L’initiative a permis de réunir les conditions permettant d’impliquer les membres dans l’intendance territoriale. L’espace de collaboration ainsi créé a permis de participer au développement de projets de conservation qui permettront à terme d’assurer la continuité des pratiques traditionnelles des générations futures. »
– David Therrien, gardien du territoire, Bureau du Ndakina du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki (GCNWA)

Faits en bref

  • Environnement et Changement climatique Canada a investi plus de 60 millions de dollars dans plus de 170 initiatives des gardiens des Premières Nations, des Inuits et des Métis depuis 2018, ce qui a conduit à la création d’emplois par les peuples autochtones, tout en protégeant la nature et la faune.
  • Cet investissement a contribué à la création de plus de 700 possibilités d’emplois revêtant une importance traditionnelle ou culturelle.
  • Le gouvernement fédéral a élargi son soutien aux gardiens autochtones en 2021, en engageant jusqu’à 100 millions de dollars pour appuyer les initiatives des gardiens autochtones nouvelles et existantes et la mise sur pied de réseaux de gardiens autochtones pour les Premières Nations, les Inuits et les Métis.
  • Essentiellement, les initiatives des gardiens permettent aux peuples autochtones de renouveler leur relation avec les terres, les eaux et les glaces de leur territoire traditionnel. Cette connexion procure de grands avantages tant pour la nature que pour les humains qui en dépendent. Ces avantages ont des échos sur plusieurs générations, que ce soit par la guérison des communautés, la création de débouchés pour les jeunes ou la mise à profit des conseils des aînés.
  • Les peuples autochtones veillent depuis longtemps sur la terre que nous partageons tous. Selon les données des Nations Unies, en dépit du fait que les terres autochtones n’occupent environ que 20 p. 100 du territoire de la planète, jusqu’à 80 p. 100 de la biodiversité du monde s’y trouverait.

Liens connexes