Pas de renégociation des ententes sur la rivière Churchill sans les Innus

0
156
Photo: Erik McLean Unsplash

Pour comprendre la complexité de ce dossier, rappelons d’abord quelques faits.

La centrale de Churchill Falls a une capacité de 5428 mégawatts (MW) de puissance. Elle est située dans le haut de la rivière Churchill, au Labrador, et est détenue à 65,8% par Nalcor, une société d’État terre-neuvienne, et à 34,2 % par Hydro-Québec (HQ), qui achète environ 90% de sa production au prix ridicule de 0,2 cent le kWh. Ce contrat expirera en 2041, après quoi HQ devra payer un prix reflétant le coût de remplacement de cette électricité. Cela se traduira par une très forte hausse de coût pour HQ et, par le fait même, une augmentation de ses tarifs.

La centrale de Muskrat Falls a une puissance de 824 MW. Située dans le bas de la rivière Churchill, elle a coûté près de 13,4 milliards de dollars (G$), soit le double du coût prévu en 2012. Ce projet a été très mal géré, selon une commission d’enquête. Outre son coût injustifiable, il a été parachevé grâce à une aide de 5,2 G$du fédéral. La centrale ne livre actuellement qu’environ 50 % de sa capacité. La ligne de transmission de 1100 km qui la relie à un site proche de la capitale, St. John’s, ne transporte pas la quantité d’énergie attendue à cause des défectuosités d’un logiciel et des problèmes de gel. Trois tronçons de ligne sont tombés depuis décembre.