Pour contrer l’intimidation envers les Élu•e•s, le Conseil des Femmes Élues de l’APNQL met de l’avant la Bienveillance latÉrale et tend la main À l’ensemble des Élu•e•s

0
54

Les femmes élues des gouvernements des Premières Nations et des Conseils tribaux au Québec-Labrador ont développé, et sont en voie d’implanter, à tous les niveaux de la gouvernance des Premières Nations, le principe et les applications de la Bienveillance latérale, et souhaitent les partager avec l’ensemble des élu•e•s, en particulier celles et ceux des municipalités.

« Partout dans nos sociétés, l’intimidation envers les élu•e•s compromet la saine gouvernance. Les femmes élues ne s’en cachent pas, les Premières Nations ne sont pas à l’abri de comportements répréhensibles envers les élu•e•s. Les femmes en sont souvent les cibles, ce qui compromet leur essentielle implication dans la conduite de nos Nations. Nous devons y mettre fin. La politique est souvent très dure, mais ne doit jamais être brutale. Surtout, elle ne doit jamais servir de prétexte au mépris envers les femmes ou tout autre groupe ciblé. Jamais. », déclare la Conseillère de Gespeg, Nadia Robertson.

Des femmes élues des Premières Nations se sont investies pour développer et implanter le concept et la mise en œuvre de la Bienveillance latérale.

Le Conseil des femmes élues de l’APNQL s’engage à en faire la promotion auprès de l’ensemble les élu•e•s, et s’adresse autant aux Premières Nations qu’à la société québécoise dans son ensemble.

Le Conseil des femmes élues de l’APNQL vient tout juste de tenir son assemblée générale annuelle, dans la communauté de Wendake, au cours de laquelle la nécessité de mettre en œuvre la bienveillance latérale a été au cœur des discussions et décisions. La démission récente de la mairesse de Gatineau, les raisons qu’elle évoque et les commentaires entendus depuis font état d’un problème majeur affectant la gouvernance dans nos sociétés, en particulier la gouvernance locale, la gouvernance de proximité.

« L’APNQL entretient des liens réguliers avec le monde municipal québécois. Le Conseil des femmes élues de l’APNQL souhaite qu’un partage sur la bienveillance latérale telle que mise de l’avant par les Premières Nations soit inscrit à l’ordre du jour de la prochaine rencontre de l’APNQL avec les maires et mairesses du Québec. Ensemble nous pourrons mieux combattre l’intimidation envers les élues », propose la Grande Cheffe du Conseil tribal de la nation algonquine-Anishinabeg, Savanna McGregor.

La Conseillère Nadia Robertson et la Grande Cheffe McGregor sont les deux porte-paroles du Conseil des femmes élues de l’APNQL.

À propos du Conseil des femmes élues de l’APNQL

Le Conseil des femmes élues de l’APNQL est composé de toutes les femmes dûment élues à des postes de cheffes ou conseillères de chacune des communautés des Premières Nations au Québec et au LabradorLe Conseil des femmes élues de l’APNQL vise une perspective équitable des relations hommes-femmes au sein de la Table de chefs de l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador, des communautés des Premières Nations au Québec, ainsi qu’au sein de toutes les entités traitant avec les Premières Nations qui reconnaissent, respectent, et soutiennent le rôle des femmes dans des positions de leadership.

À propos de l’APNQL

L’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador est l’organisation politique régionale qui regroupe les 43 Chefs des Premières Nations du Québec et du Labrador (https://apnql.com/).